LA FEMME CHANGÉE EN RENARD

Très librement inspiré du premier roman de l'auteur anglais David Garnett, « Lady Into Fox ».

press to zoom

press to zoom

press to zoom

press to zoom
1/7

Une partie de chasse en forêt. Un cri. Lorsque l'homme se retourne, sa femme s'est métamorphosée en renarde. Pour lui, cet événement si extraordinaire ne change rien, ou presque. Il continue de vivre avec cet être étrange, et surtout de l'aimer, pour le meilleur et pour le pire. Mais la femme renarde tend à devenir totalement animale, oubliant ses bonnes manières d'épouse idéale.

L'homme finira par libérer sa renarde, au risque de la perdre définitivement.

 

 

C'est d'abord une histoire de liberté de femme. L'homme aime follement. Mais cet amour emprisonne la femme dans une vie de devoir social et de raison morale. Face au désir irrépressible de liberté et de fantaisie de sa renarde, l'homme devient malheureux, parfois même violent. Et pourtant, il ne pourra faire en sorte qu'elle ne lui échappe. La femme renarde vivra libre, au risque d'être livrée en pâture aux chiens. La société n'a jamais été tendre avec les femmes libres.

 

C'est aussi un questionnement sur notre rapport à l'animalité et à la nature. L'homme aime la nature bien sûr, mais il l'aime bien domestiquée. Il aime les bêtes bien sûr, mais il les aime quand il part à la chasse. Sa supériorité, croit-il, s'accommode très bien d'un mépris et d'une certaine cruauté pour la nature et les créatures animales. Sa vision de la nature est idyllique et fantasmée, façonnée par les images qui lui parviennent des écrans. La métamorphose de sa femme l'oblige à s'interroger sur la vraie nature de son identité. Lequel de l'homme ou de sa renarde est le plus humain, le plus animal ?

 

Bien qu'écrit il y a pile cent ans, cette fable, passée sa dimension comique et originale, a une grande résonance aujourd'hui, tant dans notre méfiance à l'égard de la nature, que l'on voudrait aseptisée, que dans la difficulté pour la société d'accepter la liberté d'autrui, en particulier celle des femmes.

Une fable fantasque et fantastique sur notre rapport à notre animalité et à la nature.
Un conte réaliste et poétique sur la liberté des femmes.

Le spectacle s’adresse à tous les publics à partir de 12 ans.
Durée du spectacle : 1 heure.

Adaptation et mise en scène : Gaëlle Olsen

Composition musicale, création sonore et conception lumière : Lionel Victoire

 

avec

Gaëlle Olsen et Marco Mannucci