MALADIE PITTORESQUE

Un homme et une femme sont assis dans la salle d’attente d’un médecin, spécialiste des « maladies pittoresques ».

Ils se toisent, se jaugent, s’évaluent, tentent de s’approcher, se racontent, inventent leur vie, oscillent sans cesse entre mensonge et illusion jusqu’à parvenir à leur propre vérité.

Maladie pittoresque © Sophie Ruiz

© Sophie Ruiz

« Maladie pittoresque » est une pièce qui se joue du spectateur.

Embarqué dans cette situation apparemment simple, une femme et un homme dans la salle d’attente d’un médecin, il comprend rapidement que quelque chose ne tourne pas rond.

Tous les scénarios que tente d’élaborer le public au fil des mensonges, des non-dits, et des incohérences des personnages, s’effondrent au fur et à mesure de l’intrigue, pour finalement dévoiler une surprenante réalité.

Ce dialogue savoureux ne mérite pas d’artifice. Il trouve sa force dans le jeu des comédiens. Ainsi c’est dans un décor épuré et avec un dispositif technique très léger que les protagonistes nous distillent leur drôle d’histoire. Soulignant l’oscillation permanente entre vérité et mensonge, phantasme et réalité, la mise en scène s’amuse des règles du théâtre. Parfois dans le jeu, s’adressant parfois au public, les comédiens deviennent également techniciens et gèrent sons et lumières à vue.

Le public est embarqué dans un enchevêtrement de situations, dans un tourbillon d’émotions et suit avec délice le parcours des personnages qui se dévoilent peu à peu.

 

Tout public à partir de 12 ans

Durée : 1h

Texte de Benoît Fourchard

avec

Gaëlle Olsen et Jean-Christophe Houin

Co-production avec la Cie L'Escalier qui Monte